Normandie impressionniste

    MOYEN
    Giverny
    Von Stéphane Jarre

    Pour voir les paysages qui séduirebegeisternont séduit les impressionnistes, il suffit de suivre la Seine depuis Paris vers le nord-ouest. Les villes et les villages défilent : Giverny, Vernon, Rouen, Le Havre, et, plus loin, Dieppe. Au bout de la route, la plage, les le rivagedie Küsterivages, les vagues, les le voilierdas Segelbootvoiliers, les la falaiseder Felsenfalaises et les ports. vous y êtesSie sind angekommenVous y êtes. La Normandie tout entière est un atelier impressionniste à ciel ouvertunter freiem Himmelà ciel ouvert. Où chaque instant mérite un le coup de pastelder Pastellstrichcoup de pastel ou de le pinceauder Pinselpinceau, une aquarelle ou une photo, selon le temps qu’il fait. Beaucoup de peintres célèbres voir le jourgeboren werdenont vu le jour dans cette région, y ont grandi ou s’en sont inspirés. Comme Eugène Boudin (1824-1898), originaire deausoriginaire de Honfleur, ou Claude Monet (1840-1926), qui a passé son enfance au Havre. Mais ne croyez pas avoir déjà tout vu de l’impressionnisme. Cette année, grâce au festival « Normandie impressionniste » (encadré page 26), les occasions de redécouvrir ce mouvement pictural et la région où il est né sont nombreuses. Ce festival a de nouvelles impressions à transmettreweitergebentransmettre, du le soleil levantdie aufgehende Sonnesoleil levant au soleil couchant. Elles ne se limiter àsich beschränken aufse limitent pas à la peinture, aux tableaux et aux dessins. Elles s’expriment de mille manières, à travers différents arts : musique, vidéo, happening, mode… L’impressionnisme se révélersich erweisen alsse révèle très contemporain,emoderncontemporain. Alors, comme les impressionnistes à leur époque, laissez-vous doucementlangsamdoucement transporter vers la Normandie pour ressentirspürenressentir à votre tour les jeux de lumière du ciel, de la terre et de l’eau.

    Giverny

    niché,e dans la verdureim Grünen (gelegen)Nichée dans la verdure, la maison de Claude Monet est un passage obligé,ePflichtobligé. L’artiste aimait passer du temps à l’aménagereinrichtenaménager. Il y a vécu 43 ans, de 1883 à 1926. Elle est désormais ouverte au public du 1er avril au 1er novembre. Dans le jardin, que le peintre a entièrement façonné avec un grand sens des perspectives, les fleurs s’épanouirer-, aufblühens’épanouissent au rythme des saisons. Les la jacinthedie Hyazinthejacinthes, les la jonquilledie Osterglockejonquilles et les narcisses du printemps préparent l’arrivée des la tulipedie Tulpetulipes en mai, puis des coquelicotdie Mohnblumecoquelicots, qui ont inspiré tant de tableaux du maître. Les prunus, que Monet a imposés dans le paysage de pommiers, rosissent. L’odeur des glycines annonce l’été près du bassin japonais. Les iris font place aux roses, tandis que les nymphéas, que vous avez peut-être déjà admirés sur des toiles dans les musées parisiens, parsèment les points d’eau en juillet. C’est ici que l’artiste a réalisé pas moins de 250 peintures à l’huile les représentant. Très sensibles aux variations de couleur en fonction du moment de la journée ou de la saison, les impressionnistes ont souvent répété à l’infini le même paysage. Pour ce faire, ils jouaient avec les représentations des ombres et de la lumière, des reflets sur l’eau et de la couverture nuageuse du ciel. Ils savaient capter l’instant et rendre les couleurs de la nature, en représentant sur leurs toiles la beauté des bleus pastel, des verts chaleureux, des rouges vifs et des orangés lumineux… Toutes ces couleurs que prend Giverny d’août à septembre, avant que l’automne ne s’empare des saules pleureurs. Les couleurs ne sont cependant pas réservées aux jardins. Dans la maison aussi, elles se succèdent de pièce en pièce, dans des teintes de bleu, de vert, de rose et de jaune vifs. Les estampes japonaises que collectionnait Monet, et autrefois accrochées aux murs, rappellent le goût du peintre pour le Japon. Tout comme la passerelle verte de son jardin d’eau. À Giverny, la nature n’est qu’inspiration, comme le prouve également le nombre de toiles exposées au musée des impressionnismes de la ville. Ce dernier met en valeur le travail en plein air de Claude Monet.

    Retrouvez la Normandie des impressionnistes dans le numéro 4/20 d'Écoute

    Neugierig auf mehr?

    Dann nutzen Sie die Möglichkeit und stellen Sie sich ihr optimales Abo ganz nach Ihren Wünschen zusammen.

    Werbung
    <
    >