FOLLOW US

 

    Les cargos du futur, pour un transport maritime écolo

    DIFFICILE
    Écoute 3/2021
    canopée
    Von Agnès Tondre

    La la marine marchandedie Handelsmarinemarine marchande est un le maillondas Gliedmaillon essentiel de la la mondialisationdie Globalisierungmondialisation de la société de consommation. En effet, 90 % de tout ce qui extraireabbauenest extrait ou produit dans le monde est transporté par voie maritimeauf dem Seewegpar voie maritime. Mais la planète ne lui dit pas merci ! Car les 10,5 milliards de tonnes de marchandises ainsi affrété,ebefrachtetaffrétées par an rejeterausstoßenrejettent 3 % des émissions mondiales de le gaz à effet de serredas Treibhausgasgaz à effet de serre. Heureusement, depuis une dizaine d’années, des la pistedie Optionpistes sont étudiées pour trouver des alternatives au transport maritime polluant,eumweltverschmutzendpolluant. Parmi ces pistes d’amélioration, on peut citer la réglementation, qui évoluersich entwickelnévolue dans le bon sens. Mais aussi les exportateurs eux-mêmes, qui intègrent ce mode de transport dans leur l’équation (f)die Gleichungéquation carboneKohlenstoffcarbone. On voit aussi renaître une nouvelle forme de transport à la voile et apparaître des le cargodas Frachtschiffcargos assistés par l’l’énergie (f) éoliennedie Windenergieénergie éolienne. Des projets passionnants pour le futur !

    Marine marchande ultrapolluante

    Prenons l’exemple d’une la vestedie Jackeveste achetée dans une la chaînedie Kettechaîne internationale. Son étiquette « made in Bangladesh » ne donne, étonnammenterstaunlicherweiseétonnamment, aucune l’indication (f)der Hinweisindication du le parcoursder Wegparcours qu’elle effectuerhier: zurücklegena effectué. Or, son coton, fabriqué aux USA, tisserwebena été tissé et teindrefärbenteint en Inde ; ses boutons, issus de plastiques européens fabriqués au Vietnam, transformerverarbeitenont été transformés en Chine. Finalement assemblerhier: zusammennähenassemblée au Bangladesh, cette veste aura parcouru 48 000 km. C’est la réalité de la mondialisation. Et celle-ci est rendue possible grâce àdankgrâce au coût très faibleniedrigfaible du transport maritime.

    Paradoxalement, les 100 000 le naviredas Schiffnavires qui parcourirbefahrenparcourent le globe restent invisibles aux yeux des consommateurs. Voyageant en haute mer, déchargerentladendéchargeant dans des ports de plus en plus éloignés des villes, ils restent un peu abstraits. Comment se fait-il que lorsque l’on parle d’l’empreinte (f) carboneder CO2-Fußabdruckempreinte carbone, on imagine toujours une voiture, une usine ou un avion, mais jamais un porte-conteneurs ou un le pétrolierder Tankerpétrolier ? Et pourtant ! Si le transport maritime était un pays, il serait le 6e plus gros l’émetteur (m)der Emittentémetteur de CO2 au monde.

    Des l’enjeu (m)das Problemenjeux environnementaux globaux

    L’l’impact (m)die Auswirkungimpact sur l’environnement se joue à plusieurs niveaux. Si le risque zéro n’existe pas, il n’en reste pas moinsdas ändert aber nichts daranil n’en reste pas moins que les supertankers transportant quelque 300 000 tonnes de pétrole sont la menacedie Bedrohungune menace pour les océans. Les la marée noiredie Ölpestmarées noires médiatisé,ein den Medienmédiatisées l’ont bien montré, mais aujourd’hui encore, on note qu’il verbreitetse répandrese répand 150 000 tonnes de pétrole par an et on assiste à des le dégazagedas Ablassen von Ölrückständendégazages en pleine mer dans le silence le plus absolu. Sans compter le bruit des l’hélice (f)die Schraubehélices de ces navires. surpuissant,eextrem leistungsstarkSurpuissantes, elles traumatisent les le mammifère marinder Meeressäugermammifères marins, provoquant des la lésion auditiveder Gehörschadenlésions auditives qui paralysent leurs déplacements ou leur reproduction.

    Le pire, c’est la pollution atmosphérique. Les navires de commerce rejettent de l’l’oxyde (m) d’azotedas Stickoxidoxyde d’azote et des particules fines. à l’échelle planétaireweltweitÀ l’échelle planétaire, ces émissions causent des problèmes respiratoires et des dizaines de milliers de morts prématuré,evorzeitigprématurées, surtout aux les abords (m)die Umgebungabords des ports d’enverguregroßd’envergure. Mais les le dégâtder Schadendégâts sont surtout causés par les rejets d’oxyde de le soufreder Schwefelsoufre, très présent dans le le fioul lourddas Schwerölfioul lourd et longtemps utilisé pour le transport maritime. Pour s’en faire une idée plus concrète, un seul porte-conteneurs rejettait l’équivalent en oxyde de soufre de 50 millions de voitures ! L’Organisation maritime internationale (l’Omi) a réglementé ces trop fortes émissions d’oxyde de soufre. Depuis janvier 2020, le le tauxdie Grenze, der Gehalttaux de soufre maximum autorisé a été divisé par 7, passant de 3,5 à 0,5 % et obligeant les l’armateur (m)der Reederarmateurs à utiliser un nouveau le carburantder Kraftstoffcarburant à basse teneur en soufre ou à installer des tours de nettoyage des fumées, aussi appelées « scrubbers ».

    Par ailleurs, l’accord signé en 2017 par l’Omi viser àzum Ziel habenvise à réduire les émissions de CO2 de 30 % d’ici 2025, puis de 50 % en 2050. de faitin der TatDe fait, les armateurs, surtout européens, investissent peu à peu dans des navires plus récents. Certains adhérer à qchier: für etw. seinadhèrent au gaz naturel, aux scrubbers ou aux turbines éoliennes de la société Norsepower. Ils étudient aussi les projets disruptif,vehier: neu, kühndisruptifs d’ingénieurs motivés par la la préservationder Schutzpréservation de la planète.

    Des le cerf-volantder (Lenk)Drachencerfs-volants à la rescoussezur Rettungà la rescousse

    Si vous croiserbegegnencroisez dans l’Atlantique le cargo roulier,èreroll-on, roll-offroulier Neoliner, vous se pincersich zwickenvous pincerez pour y croire. Long de 136 m, il dégagerverbreitendégage la force du cargo et la légèreté des la voiledas Segelvoiles. La propulsion éolienne intervient en assistance à la propulsion mécanique pour maîtriserin den Griff bekommenmaîtriser les coûts et les le délaider Termindélais tout en respectant l’environnement. Ce navire a par exemple été choisi par Renault pour livrer des véhicules à Saint-Pierre-et-Miquelon et ainsi réduire son empreinte carbone.

     

    neoline

    Neoliner naviguera à partir de 2022 en Atlantique nord et rejettera 90 % de gaz à effet de serre de moins qu’un cargo classique.

     

    Le choix fait par la start-up bretonne Trans Oceanic Wind Transport (TOWT) pour tendre versstreben nachtendre vers un avenir décarboné est radicalement éolien. TOWT affrète en effet toute l’année des voiliers partenaires pour importer et livrer des produits comme le cacao, le thé ou le rhum des Antilles.

    À une tout autre l’échelle (f)hier: die Ebeneéchelle, ArianeGroup et la compagnie Alizés travaillent depuis plusieurs années sur un projet de cargo nouvelle génération baptisé,egenanntbaptisé Canopée. Ce cargo de 121 m de long sera exclusivement dédié,e à qcetw. gewidmetdédié au transport de la la fuséedie Raketefusée Ariane 6 depuis Brême, en Allemagne, jusqu’à Kourou, en Guyane, avec un premier voyage prévu en 2022. Son l’originalité (f)die Besonderheitoriginalité tenir à qcauf etw. zurückzuführen seintient à ses 4 voiles de 375 m2 chacune. rigidestarrRigides, à la manière des l’aile (f)der Flügelailes d’un avion, assistant deux moteurs diesel pour la régularité de la vitesse, ces ailes-cargo devraient permettre d’économisereinsparenéconomiser 30 % de la consommation de carburant avec une vitesse opérationnelle de 15 le noeudder Knotennoeuds. En réduisant encore la vitesse, l’économie pourrait être de 80 voireja sogarvoire 90 %.

     

    canopée

    Avec ses ailes rigides et ses moteurs diesel, Canopée a une énergie mixte. Ce cargo a été conçu pour transporter le lanceur Ariane 6.

     

    Alors, si le le défidie Herausforderungdéfi technologique stimule les ingénieurs, il n’en reste pas moins quedas ändert aber nichts daran, dassil n’en reste pas moins que ce sont les armateurs qui peuvent les accompagner par leurs investissements. qu’en est-il dewas ist mitQu’en sera-t-il, par exemple, du formidable projet d’Yves Parlier et de sa société Beyond The Sea ? Ce navigateur reconnu pour son magnifique le palmarèsdie Erfolgsbilanzpalmarès de la course au largedie Hochseeregattacourses au large (Solitaire du Figaro, Route du Rhum, Transat Jacques-Vabre…) et ingénieur en le matériau compositeder Verbundwerkstoffmatériaux composites a décidé d’aider la planète après avoir arrêté la compétition en 2006. Son projet associe des cerfs-volants aux cargos. Sur le mode
    du kite-surf, les cerfs-volants, en pilotage automatique, tracterschleppentractent – en partie – des porte-conteneurs de 400 m de long ! Ils permettent une économie de 20 % de carburant. La 3e compagnie mondiale de transport maritime, la française CMA CGM, est partenaire du projet. Espérons que les tests de la maniabilitédie Handhabungmaniabilité des cerfs-volants, réalisés sur les pétroliers en 2020- 2021, seront le début d’une nouvelle aventure pour les cargos existants.

     

    beyond the sea

    Le skipper Yves Parlier a pensé une nouvelle forme de transport maritime : un cargo en partie tracté par l’énergie du vent, grâce à une énorme voile

     

    La planète ne peut plus attendre. Ses habitants ne peuvent plus fermer les yeux sur les dommages du transport maritime low cost actuel. Efficace, certes, mais extrêmement toxique. Il y a beaucoup à faire pour rendre les le trajetdie Fahrt, der Wegtrajets en cargo plus verts et plus vertueux,seetwa: vorbildlichvertueux. La la surexploitationdie Ausbeutungsurexploitation des l’équipage (m)hier: die Besatzungéquipages, l’l’évasion (f) fiscaledie Steuerfluchtévasion fiscale via les le pavillon de complaisancedie Billigflaggepavillons de complaisance, les dégâts sur le climat, l’eau, le monde humain et animal sont des enjeux pour demain. Les cargos du futur embrasserannehmenembrassent ces défis avec courage. Souhaitons-leur bon venthier: gute Fahrt, gute Reisebon vent !

     

    Neugierig auf mehr?

    Dann nutzen Sie die Möglichkeit und stellen Sie sich Ihr optimales Abo ganz nach Ihren Wünschen zusammen.