Bordeaux, la douce

    MOYEN
    Bordeaux

    C’est la reine de l’Aquitaine, région connu,e et reconnu,e pourbekannt fürconnue et reconnue pour son vin. Médoc, Pomerol, Pauillac, Sauternes, et des dizaines d’autres bonnes bouteilles dorment dans les caves de cette ville fondé,egegründetfondée au Ier siècle avant J.-C. Mais Bordeaux, c’est aussi son le miroir d’eauhier: 2 cm hoher Wasserfilm auf Granitplattenmiroir d’eau, ses rues tortueux,segewundentortueuses et ses la porteder Torbogenportes médiévales à découvrir sous un autre l’angle (m)der Blickwinkelangle. Suivez-nous !

    Bordeaux classique

    Depuis une vingtaine d’années, Bordeaux s’est modernisée et a acquis un dynamisme que beaucoup d’autres villes envier qc à qnjn um etw. beneidenlui envient. C’est l’une des villes françaises les plus « in » du moment. Le centre ainsi que les quais le long de la Garonne réaménagerneu anlegenont été réaménagés en coins la détentedie Entspannungdétente et lieux de promenade, comme l’espace en face de la place de la Bourse. Cette dernière abriterhier: besitzenabrite le plus grand miroir d’eau du monde. Sur cette grande esplanade, l’eau est mise en scène à travers des chorégraphies remarquables. par momentzeitweisePar moment, elle semble suinter desickern aussuinter du sol, donnant l’illusion d’un miroir. D’autres fois, elle paraît s’évaporerverdunstens’évaporer dans un effet de le brouillardder Nebelbrouillard. Aux beaux jours, elle jaillirhochschießenjaillit en dizaines de petits le jet d’eaudie Fontänejets d’eau, servant de « le brumisateurder Zerstäuberbrumisateur géant » aux Bordelais et aux visiteurs.

    Juste en face se dresserstehense dressent le palais de la Bourse et l’hôtel des douanes. Au XVIIIe siècle, les le commerçantder Händlercommerçants qui débarquer dehier: von Bord gehendébarquaient des le navire marchanddas Handelsschiffnavires marchands y faisaient enregistrer leurs marchandises exotiques : cacao, café, coton… mais aussi des l’esclaveder Sklaveesclaves. 1 427 expéditions négrier,èreSklaven-négrières furent effectuées entre 1715 et 1789, ce qui fait de Bordeaux le deuxième port négrier français. 70 000 pièces retracererzählenretracent d’ailleurs ce terrible le pandas Stück, der Teilpan de l’histoire de Bordeaux, et plus largement, l’histoire de la région, dans le musée d’Aquitaine situé au 20, cours Pasteur. Ce riche passé de commerce être à l’origine debegründenest à l’origine de l’l’essorder Aufschwungessor de Bordeaux et d’l’aménagement (m) urbaindie Stadtplanungaménagements urbains comme le Grand-Théâtre, avec son bel intérieur à l’italienne et ses façades extérieures à l’architecture antique. Quittons le coin du miroir d’eau pour remonter le quai Louis-XVIII vers le nord, jusqu’à la place des Quinconces. Là, au pied de la colonne des Girondins, se trouvent les statues de la fontaine des Girondins : le le charder Streitwagenchar de la la concordedie EintrachtConcorde, tiré par des chevaux fantastiques, jeter à terrezu Boden werfenjette à terre trois personnages, le le mensongedie LügeMensonge (l’homme au masque), l’Ignorance (l’homme aux oreilles d’âne) et le le vicedie LasterhaftigkeitVice.
    Que diriez-vous maintenant d’une petite visite à la Cité du Vin ? Ce musée flambant neuf,vefunkelnagelneuflambant neuf est dédié au vin et aux civilisations qui l’ont produit depuis des siècles. L’architecture du bâtiment est en forme de carafe à vin, justementhier: was sonstjustement ! Un parcours libre, ludique et interactif de 3 000 m² invite à voyager dans l’univers de ce nectar typique de la région. Depuis le le belvédèredie Aussichtsplattformbelvédère de la Cité du Vin, vous pouvez découvrir la ville sur 360°, tout dégustertrinken, genießenen dégustant un bon verre de vin, bien entendu.

    Bordeaux insoliteungewöhnlichinsolite

    Partons à présentjetztà présent dans les profondeurs de la ville. Aux Chartrons, un quartier à l’ambiance bobo (bourgeois bohème)alternativ und wohlhabendbobo, on peut flâner dans les boutiques d’antiquaires et manger un morceaueinen Happen essenmanger un morceau dans des restos bio et branché,ein, angesagtbranchés. Les Bordelais apprécient aussi le Bacalan, quartier voisin des Chartrons. Ils y réhabilitersanierenont réhabilité d’anciens l’entrepôt (m)das Lagerentrepôts en lofts et se presserhier: unbedingt wollense pressent pour y habiter. Dans ce quartier en plein le renouveauhier: der Aufbruchrenouveau se trouve, rue Achard, un ensemble architectural classé,edenkmalgeschütztclassé, appelé les « les vivres (m/pl)die Verpflegungvivres de la Marine », regroupant trois bâtiments du XVIIIe siècle : un entrepôt dont seule la façade est encore visible aujourd’hui et qui servait autrefois à stocker les les denrées (f/pl)die Lebensmitteldenrées de la Marine royale, ainsi que deux anciens l’abattoir (m)der Schlachthofabattoirs désormaisjetztdésormais appelés « pavillons ». En 2003, le sculpteur Jean-François Buisson installe son atelier dans l’un des pavillons, avec pour ambition de sauvegardererhalten, bewahrensauvegarder ce patrimoine tout en le transformant en un lieu de création. Grâce à lui et à l’association les Vivres de l’art, le site est devenu, depuis 2008, une zone de créativité et d’expérimentation. Le deuxième pavillon est notamment un lieu de street-art et est régulièrement recouvert,e debedeckt mitrecouvert d’immenses dessins qui valoir le coup d’œileinen Blick wert seinvalent le coup d’œil. Les le bassin à flotsdas Flutbeckenbassins à flots, qui servaient de la base sous-marineder U-Boot-Stützpunktbase sous-marine pendant la Seconde Guerre mondiale, jouxterangrenzenjouxtent ces quartiers. Eux aussi sont un site d’expression artistique : sons et lumières d’artistes et concerts y sont régulièrement organisés. D’ici 2030, les les abordsdie Umgebungabords de ces la réserve d’eaudas Wasserreservoirréserves d’eau devraient être complètement transformés en start-ups et en habitations.

    fatigué,e dekeine Lust mehr zuFatigués de marcher ? Montez à bord d’une 2CV, la voiture française emblématique de l’après-guerre, pour une la visite commentée de la villedie Stadtführungvisite commentée de la ville. Votre chauffeur vous conduira le long des quais, dans le quartier Sainte-Croix ainsi qu’aux Chartrons. l’escapade (f)der AusflugL’escapade se termine par une dégustation de vin et de canelés, ces petits gâteaux au rhum et à la vanille, typiques du pays bordelais.

    Rendez-vous ensuite dans la rue du Dr-Albert-Barraud, sur les ruines du palais Gallien. Cet amphithéâtre romain comptait 22 000 places au IIe siècle, époque où Bordeaux s’appelait Burdigala. Les arcades encore visibles aujourd’hui en font un décor romantique. Étonnant quand on sait qu’au XVIIe siècle, ces ruines servaient de le repèrehier: der Unterschlupfrepère aux le brigandder (Straßen)Räuberbrigands et aux prostitués.

     

    Autour de Bordeaux

    Taxi dans les le coteauder Weinbergcoteaux
    Partez à la découverte de différents le chaider Weinkellerchais dans les alentoursdie Umgebungles alentours de Bordeaux à bord d’un élégant taxi anglais. Vous vous arrêterez de château en château pour une petite visite et une dégustation de vins. Votre chauffeur sera aussi votre guide.
    http://www.wine-cab.com

    • Moto dans les vignes
    Roulez sur les routes du bordelais à bord d’une Harley-Davidson, commealscomme passager ou conducteur. Un guide vous donnera des informations (en français ou en anglais) pour vos visites et dégustations.
    www.tourochateaux.com

    • Le parc de Majolan
    À Blanquefort, commune située à 40 minutes en bus de Bordeaux, se trouve un parc étonnant. Lac, grottes artificielles, pont de rocaille, plantes exotiques et fausses ruines décoratives (appelées « folies ») donnent à ce lieu une la touchedie Notetouche surprenante.

     

     

    Bordeaux  côté  gastronomie

    The Frog and Rosbif. Ce restaurant propose une cuisine moderne. On peut aussi boire une bière maison sous les belles la voûtedas Gewölbevoûtes de pierres, assis à proximité de jolies la cuveder Gärbehältercuves.
    23, rue Ausone.

    La Petite Gironde. C’est un un lieu incontournableein absolutes Musslieu incontournable pour manger avec une vue exceptionnelle sur la Garonne.
    75, quai des Queyries.

     

    Nantes, aux portes de l'océan. Nancy, ville royale. Lille, perle du nord. Munich, la française. À découvrir dans le numéro de juin d'Écoute...

    Neugierig auf mehr?

    Dieser Beitrag stammt aus der Zeitschrift Écoute 6/2018. Die gesamte Ausgabe können Sie in unserem Shop kaufen. Natürlich gibt es die Zeitschrift auch bequem und günstig im Abo.

    Werbung
    <
    >