Astuces pour apprendre le français

    MOYEN
    rencontre
    Von Jean-Paul Dumas-Grillet

    Parmi les langues les plus difficiles du monde, le français se trouve en dixième position derrière le chinois, le russe, le danois, le turc, et l’allemand. Notre langue est complexe. Nous-mêmes Français, combien de fois nous arrive-t-il de douterhier: unsicher seindouter ? Comment écrit-on ce mot déjà ? Comment se conjugue ce verbe ? Quelle est la règle de grammaire qui s’applique dans tel ou tel cas ? Aussi, quand nous écrivons pour vous, avons-nous toujours un dictionnaire et un manuel de grammaire près de nous. C’est plus sûr !

    Difficultés et astuces

    Comme le soulignerbetonensoulignent Chantal Nagat-Hoffmann, grammairienne chez Écoute, et Danièle Ménigoz qui enseigne à l’Institut français de Munich, l’une des principales difficultés de la langue française, c’est que l’écrit ne correspond pas souvent à l’oral. Par exemple, on n’entendra pas le « t » de lit, ni le « s » de cours ou le « l » de le fusil,das Gewehrfusil (voir carte page 30 du magazine).

    Il y a aussi la rapidité à laquelle les Français s’expriment. Dans ce le flot de parolesder Redeflussflot de paroles, il faut être capable de repérerausmachenrepérer des mots qui semblent tous attachés les uns aux autres. La liaison, qui n’existe pas en allemand, rend la compréhension encore plus difficile. Il faudra une certaine pratique pour reconnaître derrière la formulation « vouzavédeuzeuro ? », qu’il s’agit simplement de savoir si « vous avez deux euros ».

    Pour ajouter encore un l’obstacledas Hindernisobstacle à la compréhension du français, nos compatriotes « avalerverschluckenavalent » les mots. Ils n’en prononcent pas forcément toutes les lettres. Exemples : « chépa » pour « je ne sais pas » ; « chui » au lieu de « je suis » ; « r’viens » à la place de « reviens ». Ainsi, il faudra beaucoup d’l’acuité auditivedas Hörvermögenacuité auditive pour décelerherausfindendéceler que « chépasitséquejrviensdmain » signifie « je ne sais pas si tu sais que je reviens demain » !
    La grammaire française peut également s’avérersich erweisen alss’avérer difficile à assimiler qcsich etw. aneignenassimiler. Il y a quelques obstacles sur lesquels les l’apprenant (m) allemandhier: der (Französisch-)Lernende mit Deutsch als Mutterspracheapprenants allemands buter surstoßen aufbutent longtemps, comme le remarque Chantal Nagat-Hoffmann qui enseigne également à l’l’Office (m) des brevetsdas PatentamtOffice européen des brevets de Munich. notammentinsbesondereNotamment le le passé composédas Perfektpassé composé et l’imparfait. Il est très difficile pour un Allemand de comprendre que l’imparfait et le passé composé s’utilisent pour exprimer des choses bien différentes en français. Les phrases « quand j’étais jeune j’allais en Provence » et « quand j’étais jeune, je suis allé en Provence » constituent un bon exemple pour expliquer cette différence. Dans la première phrase, l’imparfait « j’allais » sous-entendreausgehen vonsous-entend une habitude, une régularité. Dans la deuxième, le passé composé suggérernahelegensuggère au contraire qu’on est allé une fois ou deux en Provence, mais qu’il ne s’agit pas d’une habitude. Il est donc important de savoir distinguerunterscheidendistinguer les deux.

    La forme du participe passé des verbes irréguliers donner du fil à retordrezu schaffen machendonne aussi beaucoup de donner du fil à retordrezu schaffen machenfil à retordre à ceux qui apprennent le français. Heureusement, il existe des petits « le trucder Tricktrucs » ou « le tuyauder Tipptuyaux ». Danièle Ménigoz en a par exemple un qu’elle propose à ses étudiants de l’Institut français pour mémoriser le participe passé des verbes en « -oir » ou « -oire ». Il suffit d’ajouter un « u » après la ou les premières consonnes du verbe à l’infinitif. Ainsi, croire donnera cru ; boire, bu ; voir, vu, etc. Il existe bien sûr des exceptions mais pour la plupart de ces verbes, ce tuyau sera efficace.

     

    Quel est le rôle d'un bon professeur ? Comment apprendre à communiquer en français ? Quels moyens mnémotechniques peuvent vous aider dans l'apprentissage d'une langue étrangère ? À lire dans le numéro de mai d'Écoute...

    Neugierig auf mehr?

    Dieser Beitrag stammt aus der Zeitschrift Écoute 5/2018. Die gesamte Ausgabe können Sie in unserem Shop kaufen. Natürlich gibt es die Zeitschrift auch bequem und günstig im Abo.

    Werbung
    <
    >