Le comparatif et le superlatif

    MOYEN
    pro contra
    Von Chantal Nagat-Hoffmann

    Lisez les explications sur la formation et l'utilisation du comparatif et du superlatif. Testez ensuite vos connaissances avec un exercice.

     

    Il existe trois formes de comparatif : le comparatif de supériorité, le comparatif d’infériorité et le comparatif d’égalité.

     

    On peut comparer la qualité avec des adjectifs et des adverbes, et la quantité avec des verbes et des noms.

     

    A. Avec les adjectifs et les adverbes

     

    a. Le comparatif de supériorité est formé de plus + adjectif ou adverbe + que…

    Annick est plus petite que sa sœur.
    On est arrivés plus rapidement que prévu.

     

    b. Le comparatif d’infériorité est formé de moins + adjectif ou adverbe + que…

    Aujourd’hui, il fait moins chaud qu’hier.
    Éric conduit moins bien que son père.

     

    c. Le comparatif d’égalité est formé de aussi + adjectif ou adverbe + que…

    Votre appartement est aussi grand que le nôtre.
    Nous vous répondrons aussi vite que possible.

     

    B. Avec les verbes

     

    a. Le comparatif de supériorité est formé du verbe + plus + que/qu’…

    On dit que les femmes fument plus que les hommes.

     

    b. Le comparatif d’infériorité est formé du verbe + moins + que/qu’…

    Certaines personnes dorment moins que d’autres.

     

    c. Le comparatif d’égalité est formé du verbe + autant + que/qu’…

    Laure gagne autant que son mari.

     

    C. Avec les noms

     

    a. Le comparatif de supériorité est formé de plus de/d’ + nom + que/qu’…

    Il y a plus de transports publics dans les grandes villes que dans les petites.

     

    b. Le comparatif d’infériorité est formé de moins de/d’ + nom + que/qu’…

    On voit moins de monde dans les rues en hiver qu’en été.

     

    c. Le comparatif d’égalité est formé de autant de/d’ + nom + que/qu’…

    Elle a autant de talent que son mari.

     

    D. Le cas particulier de bon et bien

     

    • Le comparatif de supériorité de l’adjectif bon est meilleur. Comme tous les adjectifs, il s’accorde en genre et en nombre.

    Les croissants du boulanger sont meilleurs que ceux du supermarché.

     

    • Le comparatif de supériorité de l’adverbe bien est mieux. Comme tous les adverbes, il est invariable.

    Tu parles mieux espagnol que moi.

     

    • On utilise bon et bien comme comparatif d’infériorité et d’égalité.

    Les routes sont moins/aussi bonnes qu’en été.
    Paul travaille moins/aussi bien que Pierre.

     

     

    Il existe deux formes de superlatif : le superlatif de supériorité et le superlatif d’infériorité.

     

    A. Avec les adjectifs

     

    On place généralement le superlatif de l’adjectif comme ce dernier est normalement placé dans la phrase : après le nom comme c’est le cas le plus souvent, et devant le nom s’il s’agit d’un adjectif comme grand, petit, beau…

     

    a. Après le nom, il est formé de : le/la/les + nom + le/la/les + plus/moins + adjectif.

    La vendeuse m’a conseillé les livres les plus intéressants.
    C’est l’hôtel le moins cher que l’on puisse trouver.

     

    b. Devant le nom, il est formé de : le/la/les + plus/moins + adjectif + nom.

    Quelle est la plus grande ville d’Allemagne ?
    Quel est le moins beau quartier ?

     

    Mais dans beaucoup de cas, le superlatif de ces adjectifs comme grand, petit, beau… peut aussi être placé après le nom.

    La ville la plus grande…
    Le quartier le moins beau…

     

    B. Avec les adverbes

     

    Il est formé de le plus/moins + adverbe. Ici, le superlatif est placé après le verbe.

    Les athlètes qui courent le plus/le moins vite.

     

    C. Avec les verbes

     

    Il est formé du verbe + le plus/moins.

    Lequel de vous deux fume le plus ?

     

    D. Avec les noms

     

    Il est formé de le plus/moins de/d’ + nom.

    C’est dans cette ville qu’il y a le plus d’étudiants.

     

    E. Le cas particulier de bon et bien

     

    • Le superlatif de supériorité de bon est le/la/les meilleur(e)(s).

    Cet étudiant a les meilleures chances de trouver un job.

     

    • Le superlatif d’infériorité de bon est le/la/les moins bon(ne)(s).

    L’élève a obtenu les moins bons résultats de l’année.

     

    • Le superlatif de supériorité de bien est le mieux.

    C’est Marie qui parle le mieux anglais.

     

    • Le superlatif d’infériorité de bien est le moins bien.

    C’est moi qui ai le moins bien travaillé.

     

     

    Neugierig auf mehr?

    Dieser Beitrag stammt aus der Zeitschrift Écoute 4/2018. Die gesamte Ausgabe können Sie in unserem Shop kaufen. Natürlich gibt es die Zeitschrift auch bequem und günstig im Abo.

    Werbung
    <
    >