Le canal du Midi

    FACILE
    canal du midi
    Von Camille Larbey

    Plus qu’une simple la voie d’eauder Wasserwegvoie d’eau, le canal du Midi est peut-être le plus grand le chef-d’œuvredas Meisterwerkchef-d’œuvre du le génie civildas Bauingenieurwesengénie civil de l’histoire de France. Cette infrastructure de transport, qui remonter à plus de…älter sein als …remonte à plus de 350 ans, est aujourd’hui un musée à ciel ouvert attirant chaque année 400 000 visiteurs.

    Un rêve ancien

    relierverbindenRelier l’océan Atlantique à la mer Méditerranée par un canal, c’était le rêve des empereurs romains et des rois de France. Le transport des les marchandises (f)die Gütermarchandises serait plus facile et on pourrait mieux contrôler militairement la région grâce àdank, mit Hilfe vongrâce à des le naviredas Schiffnavires de guerre. Mais Auguste, Néron, CharlemagneKarl der GroßeCharlemagne ou Henri IV ont tous abandonné l’idée. Trop cher, trop compliqué. Au XVIIe siècle, Louis XIV relever le défidie Herausforderung annehmenrelève le défi. Les questions sont nombreuses : comment alimenter enspeisen mitalimenter durablement le canal alimenter enspeisen miten eau ? Ou comment en finir avec qceiner S. ein Ende machenen finir avec l’opposition de certaines villes ? Béziers, par exemple, rejeterablehnenrejette tellement l’idée d’un canal que les le conseiller municipalder Ratsherrconseillers municipaux voter une loiein Gesetz verabschiedenont voté une loi interdisant les études à ce sujet. Pourtant, c’est justement un habitant de Béziers qui réussir l’exploitdie Heldentat vollbringenréussira l’exploit de réaliser ce canal. Son nom : Pierre-Paul Riquet.

    L’homme de la situation

    Pierre-Paul Riquet est un le nobleder Adligenoble d’Occitanie. Son métier est de collecter les impôtsSteuern eintreibencollecter les impôts pour le compte defürpour le compte du roi. Il n’a pas de diplôme d’ingénieur, et il ne sait pas lire le latin, indispensableunerlässlichindispensable à l’époque quand on veut être le scientifiqueder Wissenschaftlerscientifique. toutefoisdennochToutefois, il se passionnersich begeisternse passionne pour la la gestion de l’eaudas Wassermanagementgestion de l’eau, construisant chez lui des bassins afin de réaliser des l’expérience (f)das Experimentexpériences. Pierre-Paul Riquet s’intéresse de plus en plusimmer mehrde plus en plus au projet d’un canal qui traverserait l’Aquitaine et l’Occitanie, reliant les deux mers. Il propose alors à Louis XIV de s’occuper lui-même du le chantierdie Baustellechantier. En 1666, le roi accepte, à condition quevorausgesetztà condition que le noble avancervorstreckenavance l’argent sur sa la fortunedas Vermögenfortune personnelle.

    Le point le plus haut

    Avant toute chose, Pierre-Paul Riquet doit trouver un moyen pour alimenter en eau son futur canal. L’endroit le plus élevé du canal sera situé à Naurouze. Le noble occitan regrouperhier: zusammenführenregroupe, grâce à des la rigoleder Abzugsgrabenrigoles, toutes les rivières de la Montagne Noire, à côté dein der Nähe vonà côté de Naurouze. Il fait ensuite creusergraben, aushebencreuser un lac à Saint-Ferréol pour accueilliraufnehmenaccueillir toutes ces rivières. Ce lac artificielkünstlichartificiel, terminé en 1672, pourra ainsi fournir enversorgen mitfournir le canal fournir enversorgen miten eau depuis Naurouze, à la fois en direction de l’océan Atlantique et en direction de la mer Méditerranée. Le canal est ensuite construit en trois la trancheder Abschnitttranches. La première va de Toulouse à Trèbes. La seconde conduit de Trèbes à l’l’étang (m)hier: die Laguneétang de Thau, à côté de Sète. La dernière tranche est la construction d’un grand port à Sète dans le butmit dem Zieldans le but d’accueillir les bateaux.

    Un chantier monumental

    Près de 14 années et 12 000 ouvriers sont nécessaires à la la réalisationdie Fertigstellungréalisation de ce canal long de 240 kilomètres. Pour attireranlockenattirer les travailleurs, Pierre-Paul Riquet mettre en placehier: einführenmet en place un système d’avantages assez inédit,ebeispiellosinédit pour l’époque : salaires plus élevés que la la moyenneder Durchschnittmoyenne, paiement des dimanches et des le jour de fêteder Feiertagjours de fête, le congé de maladieder Krankenstandcongé de maladie et le salairehier: der Lohnsalaires versé,eausbezahltversés même les jours où la pluie empêcherverhindernempêche de travailler.

    Le le reliefdas Oberflächenreliefrelief n’est pas plat. Il faut donc construire 55 aqueducs, 126 ponts et 63 l’écluse (f)die Schleuseécluses. Ces dernières sont en forme d’olive plutôt que rectangulaires, comme c’était la tradition. Cela les rend plus solides. Elles font aujourd’hui la la spécificitédie Besonderheitspécificité du canal. C’est comme si le canal était un long escalier d’eau. Sur le bord, un chemin est spécialement aménageranlegenaménagé afin quedamitafin que les chevaux – ou les hommes – puissent tirer les bateaux. On appelle cela un « le chemin de halageder Treidelwegchemin de halage ». Pierre-Paul Riquet meurt ruiné en 1680. Il ne verra pas son œuvre achevé,evollendetachevée, car quatre kilomètres doivent encore être creusés. Le canal inaugurereröffnenest inauguré un an plus tard à Béziers, en 1681. Il s’appelle alors « canal royal du Languedoc ». Mais en 1789, à la suite de la Révolution, il prend le nom plus démocratique de « canal du Midi ».

    Canal latéral,eSeiten-latéral

    Mais comment aller ensuite jusqu’à Bordeaux ? Car, une fois arrivés à Toulouse, les bateaux venant de Sète doivent encore naviguer sur le fleuve de la Garonne pour rejoindreerreichenrejoindre l’océan Atlantique. Or, la la navigationdas Fahrennavigation sur la Garonne est difficile. Le le maître d’œuvreder Bauleitermaître d’œuvre songer ànachdenken überavait déjà songer ànachdenken übersongé à un tel projet. Mais ce n’est qu’à partir de 1839 qu’un canal latéral à la Garonne sera creusé. Les travaux durent 14 ans. Ce canal latéral et le canal du Midi forment ce qu’on appelle le « canal des Deux-Mers ».

    Du transport au tourisme

    Au début, le canal du Midi est utilisé pour transporter des marchandises et des passagers. Si le voyage est confortable et sûr, il n’est pas toujours pratique : à chaque écluse, les passagers doivent descendre puis remonter avec leurs bagages dans un autre bateau. À l’époque, on ne navigue pas la nuit, le le trajetdie Fahrttrajet est donc long. La voie d’eau est très fréquentée : il peut y avoir jusqu’à 250 bateaux naviguant en même temps.

    Avec le développement du train, au XIXe siècle, le canal n’est plus utilisé que pour le transport de marchandises, notamment les vins du Sud de la France. La dernière la pénicheder Kahnpéniche commerciale fera son ultimeallerletzte,r,sultime trajet en 1989. Mais heureusement, le canal va connaître une nouvelle vie grâce au tourisme fluvial,eFluss-fluvial (p. 27).

     

    De Toulouse à Agde, Écoute 6/19 vous invite à découvrir le canal du Midi en 12 sites clés.

    Neugierig auf mehr?

    Dann nutzen Sie die Möglichkeit und stellen Sie sich ihr optimales Abo ganz nach Ihren Wünschen zusammen.

    Werbung
    <
    >