Histoire de bonnes poires

    MOYEN
    poire belle helene
    Von Christian Eidenschenck

    Elle avoir du malSchwierigkeiten habena parfois avoir du malSchwierigkeiten habendu mal à s'imposersich durchsetzens’imposer face à sa cousine la pomme. Pourtant, la poire a bien de quoi séduire. Parfumée et juteux,sesaftigjuteuse, elle est parfaite pour les desserts, et fait aussi bonne figure dans certains plats salés. La cuisine française en raffoler deversessen sein aufraffole. Avec une production annuelle d’environ 130 000 tonnes, la France est le cinquième producteur européen de poires.

    Le fruit a laissé des traces plus ou moins glorieuses dans l’histoire de France. La tradition rapporte que les souverains venant se faire sacrergekrönt werdense faire sacrer dans la cathédrale de Reims recevaient en cadeau une poire et une la coupedie Schalecoupe de champagne. Le roi Louis-Philippe, quant à lui, ne se remettresich beruhigense remit jamais de la caricature qui comparait l’ovale vieillissant,ealterndvieillissant de son visage au contour d’une poire.

    La poire est également présente dans de nombreuses expressions. Il ne guèrenicht geraden’est ne guèrenicht geradeguère élogieux,selobendélogieux d’« être prendre pour une poirefür dumm haltenpris pour une poire ». Dans ce cas, on peut toujours « se fendre la poiresich einen Ast lachense fendre la poire » – c’est-à-dire rire grassementdreckiggrassement – pour montrer son indifférence. Et si vous cherchez à « couper la poire en deux », c’est que vous cultivez l’art du compromis, mais vous risquez, en fin de compte, de « passer pour une bonne poireein gutmütiger Trottelune bonne poire ».

    En cuisine, la force de la poire, c’est sa douceur. Elle sait adoucir les la saveurder Geschmacksaveurs corsé,ekräftigcorsées. Elle accompagne une pièce de le gibierdas Wildgibier, un fromage de chèvre ou un roquefort et aime la compagnie du chocolat noir ou du vin rouge.

    Cette poire pochée dans le sirop et nappée de sauce au chocolat et un des desserts les plus sexy qui soient.

    Certains desserts à base de poires sont des grands classiques, comme la poire Belle-Hélène par exemple. Elle est due au le parrainder Pateparrain de la cuisine française, Auguste Escoffier. Ce dernier l’aurait créée en 1864, en hommage à l’opéra-bouffe éponymegleichnamigéponyme de Jacques Offenbach. Cette poire pochée dans le sirop et nappé,eüberzogennappée de sauce au chocolat et un des desserts les plus sexy qui soient. Il suffit pour s’en rendre compte de revoir la publicité Nestlé dessert, des années 1990 : le chocolat noir coule généreusement et enroberüberziehen, umhüllenenrobe délicatementbehutsamdélicatement les formes rondes de la poire dont la la chairdas Fruchtfleischchair satinée finir parschließlich tunfinit par disparaître. Mmm… Nestlé, c’est vraiment fort en chocolat !

    Plus prosaïquement, la recette de la poire Belle-Hélène, sans être compliquée, demande une certaine attention. On choisira une poire d’automne pas trop grande, à la chair assez fermefestferme, par exemple celle de type Conférence que l’on commence à trouver en septembre. Il faut d’abord enlever les le pépinder Kernpépins à l’aide d’un vide-pomme, opération qui peut se révélersich erweisense révéler délicate vu la taille du fruit.

     

    Recette de la poire Belle-Hélène

    (pour 4 personnes)

    Ingrédients :
    ● 4 poires mûr,ereifmûres, mais pas trop !
    ● 1 litre d’eau
    ● 100 g de le sucre en poudreder Haushaltszuckersucre en poudre
    facultatif,vewahlweisefacultatif : sucre vanillé, la cannelleder Zimtcannelle, le gingembreder Ingwergingembre ou la badianeder Sternanisbadiane
    ● 100 g de chocolat noir à dessert (60 % de cacao)
    ● facultatif : un peu de lait ou de crème
    ● quelques l'amande (f)die Mandelamandes effilé,egehobelteffilées
    ● facultatif : glace à la vanille

     

    Préparation :
    1. Éplucher les poires avec un le couteau économeder Sparschälercouteau économe en laissant la la queueder Stielqueue et retirer les pépins. 2. Faire un sirop avec l’eau et le sucre en poudre. On peut aromatiser ce sirop avec du sucre vanillé ou des l'épice (f)das Gewürzépices (cannelle, gingembre, badiane). 3. À l’l'ébullition (f)das (Auf)Kochenébullition, pocher les poires environ 10 minutes. vérifier la tendreté de qcprüfen ob etw. weich istVérifier la tendreté de la poire avec la pointe d’un couteau : le le butdas Zielbut étant d’obtenirerhaltenobtenir des poires bien tendres dans lesquelles la cuillère à dessert rentre toute seule. 4. disposeranordnenDisposer les poires dans des coupelles individuelles. Pour qu’elles tiennent bien debout, on peut couper une petite la tranchedie Scheibetranche en dessous horizontalement. 5. Laisser refroidir les poires. 6. 10 minutes avant de servir, faire fondre le chocolat noir au bain-marie, tout doucement. On peut rajouter un peu de lait ou de crème. 7. Couvrir les poires avec le chocolat. 8. Pour la décoration : quelques amandes effilées passé,e à la poêlegeröstetpassées préalablementvorherpréalablement passé,e à la poêlegeröstetà la poêle. 9. Servir de suitesofortde suite, quand le chocolat est encore fumant,e(dampfend) heißfumant, avec éventuellement une boule de glace à la vanille.

    Neugierig auf mehr?

    Dieser Beitrag stammt aus der Zeitschrift Écoute 9/2017. Die gesamte Ausgabe können Sie in unserem Shop kaufen. Natürlich gibt es die Zeitschrift auch bequem und günstig im Abo.

    Werbung
    <
    >