La Parisienne

    MOYEN
    Inès de la Fressange

    Starten Sie den Audio-Text

    Mit dem Audio-Player können Sie sich den Text anhören. Darunter finden Sie das Transkript.

    La Parisienne est-elle un mythe ou une réalité ? Les deux sans doutezweifellossans doute. En tout cas, cette femme que le monde nous envierbeneiden umenvie sait faire parler d’elle… Oui, c’est le moinsdas Mindestele moins qu’on puisse dire ! La Parisienne est un sujet inépuisableunerschöpflichinépuisable de fantasmes, et on ne compte plus les livres qu’elle inspire. Celui que le célèbre mannequin Inès de la Fressange lui consacre a été un best-seller traduit dans 17 langues ! Tous ces livres racontent d’ailleurs la même histoire : celle d’une femme au charme indéfinissable, élégante mais discrète, libérée et mutin,erebellischmutine, cultivée mais frivole, simple mais sophistiqué,enie versiegendsophistiquée, hautain,ehochmütighautaine mais chaleureuse, insolent,efrechinsolente et bavard,eredseligbavarde

    Le mythe de la Parisienne serait né au XVIIe siècle et connaître une montée en puissancean Bedeutung gewinnenconnaît une montée en puissance à la fin du XIXe siècle. Elle est alors célébrée par les peintres et les écrivains. En 1885, la pièce de théâtre d’Henry Becque, La Parisienne, rencontre un succès considérable. Clotilde, la figure centrale, y domine, avec grâce et ironie, son mari et ses deux amants. Puis la Parisienne sera également la figure centrale de l’exposition universelle de Paris, où une statue la représentant accueillirwillkommen heißenaccueille les visiteurs. Voici ce qu’en dit un chroniqueur de l’époque…

    « La Parisienne diffère des autres femmes par une élégance pleine de tact, approprié,e àpassend zuappropriée à chaque circonstance de la vie ; ses caractéristiques sont la la sobriétédie Zurückhaltungsobriété, le le goûtder Geschmackgoût, une distinction inné,eangeboreninnée et ce quelque chose d’indéfinissable que l’on ne trouve que chez elle, mélange d’l’allure (f)die Eleganz, das Aussehenallure et de modernisme et que nous appelons le chic. »

    Quelques années plus tard, Coco Chanel libère la femme du corset. Arletty ou Joséphine Baker incarnerverkörpernincarnent alors la la malicedie Schalkhaftigkeitmalice propre aux Parisiennes. L’illustrateur Edmond Kiraz la croquerzeichnencroque le nez au ventselbstbewusstnez et la gambette au ventsexygambettes au vent, mutine et insolente. Dans le film La Parisienne, Brigitte Bardot est « celle qui brûler un feu rougehier: eine Ampel bei Rot überfahrenbrûle les feux rouges, celle qui déclencherauslösendéclenche une la bagarredie Prügeleibagarre, celle qui provoque les scandales ». La Parisienne, c’est aussi le charme infaillibleunfehlbarinfaillible de Jeanne Moreau qui jongle avec les hommes dans Jules et Jim, le film de François Truffaut. Qu’elle soit actrice, prostituée, chanteuse ou philosophe, la Parisienne semble posséder en tout cas trois le traitder Charakterzugtraits bien distincts : un caractère bien trempé,egestähltbien trempé, du raffinement et une certaine liberté sexuelle.

    Bref, le mythe est là, installé, indélogeablenicht loszuwerdenindélogeable, incarné aujourd’hui par Charlotte Gainsbourg, Inès de la Fressange toujours, ou Jeanne Damas…

    Ce dernier nom ne vous dit peut-être pas pas grand-chosenicht vielgrand-chose, mais sachez que c’est LA Parisienne incontournableum die man nicht herumkommtincontournable du moment. Cette jeune de femme de 24 ans s’est fait connaître d’abord par le Web avec son blog et son compte instagram qui rassemble près d’un million de followers. Et puis les marques de mode se sont intéressées à elle, comme Gucci. Elle a également lancerherausbringenlancé sa propre marque, Rouje (avec un « j »), et fait des débuts très remarqué,ebeachtetremarqués au cinéma.

    Avec son visage qui rappelle à la fois celui d’Isabelle Adjani, de Brigitte Bardot et de Lou Doillon, sa la silhouettedie Figursilhouette longilignelanggliedriglongiligne et son côté délicatementleichtdélicatement sauvage, Jeanne Damas synthétiserhier: in sich vereinensynthétise parfaitement la Parisienne d’aujourd’hui. C’est-à-dire une façon de se coiffer… Cheveux librehier: offenlibres, la frangeder Ponyfrange mutine, le chignonder Haarknotenchignon savammentgekonntsavamment défait,egelöst, gelockertdéfait.

    Neugierig auf mehr?

    Dieser Titel stammt aus dem Audio-Trainer Écoute Audio 1/2018. Den Audio-Trainer können Sie in unserem Shop kaufen. Natürlich gibt es Écoute Audio auch bequem und günstig im Abo.

    Werbung
    <
    >